Qu’il soit monumental ou de proximité, le patrimoine de Chartreuse témoigne de modes de vie, de traditions agricoles et culturelles, de savoir-faire… A l’impression première d’unité patrimoniale succède la mise en évidence de caractéristiques propres aux divers secteurs du massif. En un rapide tour d’horizon, nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir quelques-unes des richesses locales qui constituent notre cadre de vie.

A la fin du 19ème s., Proveysieux était un lieu de rencontre, de ressourcement et d’inspiration pour un grand nombre d’artistes peintres paysagistes de la région grenobloise, dont Théodore Ravanat.
Centre hospitalier des Petites Roches – Saint-Hilaire Une station sanatoriale, destinée à l’accueil des tuberculeux (Centre Médico- Chirurgical depuis 1983), est implantée au début du 20ème s. sur le plateau des Petites Roches, dominé par la Dent de Crolles.
A la fin du 11ème s., saint Bruno fonde l’ordre des chartreux et son premier monastère dans les montagnes de Chartreuse. Cette volonté d’isolement, dictée par la doctrine de cet ordre, est affirmée par la délimitation d’un territoire, dont les entrées sont contrôlées. Pour ce faire, des portes sont installées aux confins du Désert de Chartreuse (portes de la Jarjatte, de l’Oeillette…).
Le patrimoine public s’exprime dans les villages de Chartreuse essentiellement à travers les bâtiments de la République comme l’école publique ou la mairie. Mais il peut se traduire également dans des éléments qui rassemblent la communauté villageoise autour d’un service public ou de mémoire collective. Ainsi, sont regroupés dans le patrimoine public, les bureaux de poste, les anciennes douanes, les monuments aux morts, les ouvrages d’art, les maisons forestières…