Ensemble, prenons soin de nos biens communs 

Comment profiter de notre magnifique territoire et y accueillir nos visiteurs en respectant à la fois les paysages, la biodiversité, ainsi que les femmes et les hommes qui y travaillent ? Toute l’année, mais en particulier durant la saison estivale, au cours de laquelle l’activité touristique s’intensifie, le rôle du Parc naturel régional de Chartreuse est de contribuer à trouver l’équilibre entre valorisation et protection de nos biens communs. L’objectif ? Façonner un espace où l’on vive en harmonie avec la nature.

Au cœur des préoccupations du Parc de Chartreuse depuis sa création, la préservation de notre territoire multifacettes est un sujet complexe dont les enjeux évoluent.

Des règles et des recommandations

Les paysages et les milieux naturels de notre environnement remarquable sont fragiles et nous devons en prendre soin. Si la compréhension mutuelle est importante, on ne peut se passer de poser un cadre et d’en expliquer le sens à l’ensemble des usagers. Bien que les Parcs naturels régionaux ne soient pas des outils réglementaires, il peut exister des réglementations (notamment concernant les chiens ou le bivouac) édictées par les communes d’un parc. Des règles nationales s’appliquent par ailleurs dans les réserves naturelles nationales comme celle des Hauts de Chartreuse. Ses gardes disposent d’un pouvoir de police qui leur permet de verbaliser les contrevenants. Exemples des infractions visées : allumer un feu, camper, abandonner des déchets…

« On ne peut pas tout réglementer, mais on peut informer et conseiller les usagers du Parc. Ces recommandations visent à préserver les sites et à respecter la faune et la flore, explique Dominique Escaron. C’est pour cela, par exemple, que nous avons installé des panneaux de signalisation indiquant des zones à éviter l’hiver, en ski de randonnée ou en raquettes, car ce sont des sites d’hivernage des tétras-lyre. »

La Réserve naturelle, un choix qui nous engage

Créée par l’État en 1997 afin de préserver la richesse naturelle exceptionnelle du site, la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse s’étend sur 4 400 hectares. Sur une carte, elle ressemble à un ruban d’environ 20 km de long et 4 km de large entre Grenoble et Chambéry. Suzanne Forêt, sa conservatrice, précise : « C’est un espace où s’applique une réglementation particulière visant à sauvegarder le patrimoine naturel. La Réserve est le fruit d’un choix qui nous engage. C’est un compromis entre l’homme et la nature et, comme tout compromis, il génère parfois des frustrations… Les règles en vigueur aujourd’hui sont pourtant nécessaires pour protéger les milieux, la faune, la flore, les éléments géologiques et le paysage. ».

Lien réglementation : https://www.parc-chartreuse.net/rnhc

Randonner dans la Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse : possible ? Pas possible ?

Nous avons été interpelés ces derniers jours à propos des conditions de pratique de la randonnée sur la Réserve des Hauts de Chartreuse.

Le label GR quitte donc la Réserve mais cette évolution n’impacte pas le cadre fixé par le plan de circulation de 2005.

Le public peut randonner sur la Réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse, pour autant, afin de préserver la quiétude des milieux et espèces, il est vivement recommandé aux randonneurs de rester sur les sentiers officiels.

Par ailleurs, un article du Parc portant sur l’évolution du GR9 vient d’être publié : https://www.parc-chartreuse.net/pnr-chartreuse/le-gr9-evolue/

Montagne… Respect !

En collaboration avec le Parc naturel régional du Massif des Bauges et le Pays Basque, le Parc de Chartreuse a développé, en 2021, une campagne de sensibilisation pleine d’humour qui vise à partager l’espace en bonne intelligence. Spots radios, publicités sur les réseaux sociaux, cartes postales et affiches mettent en scène des animaux qui rappellent aux randonneurs quelques bonnes pratiques.

Comprendre les marquages

Il peut arriver de croiser d’autres types de balisage non officiels (dessins similaires mais code couleur différent (rose, vert, rouge-bleu, …). Ces tracés ne s’adressent pas au grand public, encore moins à la pratique de la randonnée pédestre.