Une forêt remarquable

Des conditions naturelles de croissance exceptionnelles

Premier obstacle de la chaîne alpine, le massif de Chartreuse est particulièrement exposé aux perturbations venant de l’ouest.

En buttant sur le relief, les nuages déversent de fortes quantités de pluie, faisant de ce massif le plus arrosé des Alpes françaises. Les précipitations annuelles atteignent d’un à deux mètres par an, jusqu’à trois mètres sur les sommets. Cette pluviométrie associée à des hivers rarement longuement rigoureux et des printemps plutôt frais, créent des conditions climatiques très favorables à la croissance de la forêt.

Les particularités du relief, les caractéristiques géologiques et bioclimatiques du massif ont induit nombre de microclimats très contrastés donnant naissance à un patrimoine naturel particulièrement riche et diversifié, dominé par la forêt.

Une forêt omniprésente dans le paysage

Dominée par le sapin, l’épicéa et le hêtre, la forêt couvre aujourd’hui environ 42 500 hectares dont plus de 80 % de la surface boisée est considérée comme “forêt de production”.

La forêt publique concerne un peu moins de la moitié de cette surface. Elle est constituée de propriétés domaniales et communales gérées par l’Office national des forêts (ONF). Couvrant à elle seule 8 500 hectares, la forêt domaniale de Grande Chartreuse représente la plus grande forêt des Alpes.

Quand à la forêt privée, elle est caractérisée par une propriété forestière extrêmement morcelée. On dénombre plus de 13 000 propriétaires exploitant chacun une surface de 1,8 hectare en moyenne.  Les propriétaires forestiers les plus dynamiques se sont réunis en groupement de sylviculteurs et associations syndicales pour améliorer les accès et la gestion forestière dans le massif.

Des bois reconnus et recherchés depuis plusieurs siècles

Composante essentielle de la vie agraire à l’époque médiévale, combustible pour les forges et les tuileries créées par les Chartreux à partir du XVIe siècle, le bois de Chartreuse acquiert ses lettres de noblesse au XVIIIe siècle, lorsque les architectes de la marine royale sélectionnent les arbres de la forêt du Désert de la Grande Chartreuse pour constituer la mâture des vaisseaux de la flotte construits dans les chantiers navals de Marseille et Toulon. Réputation acquise grâce aux propriétés exceptionnelles d’un bois élevé en futaies irrégulières qui, sous le climat Chartroussin, lui confère des caractéristiques de rectitude, de dimensions et de robustesse hors normes.

Une forêt qui protège…

La forêt de Chartreuse protège l’environnement de façon très diversifiée :

  • Réduction de certains risques naturels (érosion, avalanche, chute de pierres…) par une gestion forestière qui contribue à ériger des défenses naturelles
  • Protection de la ressource en eau grâce au rôle purificateur du couvert forestier
  • Maintien de la biodiversité au travers de l’arbre vivant et mort qui offre un habitat pour de nombreuses espèces végétales ou animales
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre par son rôle d’absorption du dioxyde de carbone (CO2)
  • Gestion responsable de la grande faune sauvage : cerf, élaphe, chevreuil sanglier, chamois, et mouflon.

La forêt, une destination courue

Espace naturel situé en périphérie des agglomérations de Grenoble, Chambéry et Voiron, le massif de Chartreuse est également une destination spontanément très prisée des populations urbaines en quête d’espaces et d’activités de ressourcement en proximité. Les forêts de Chartreuse sont ainsi fréquentées chaque année par plus de 300 000 visiteurs empruntant des centaines de kilomètres d’itinéraires de balades ou randonnées, des dizaines de kilomètres de pistes de ski de fond sans négliger les nombreuses activités sportives comme l’escalade, la spéléologie, le canyoning, le trail, le

parapente, le VTT, la pêche la chasse ou la cueillette… La gestion forestière en Chartreuse doit donc composer avec les exigences sociales fortes en matière de qualité paysagère, de biodiversité et d’accessibilité des espaces naturels

La forêt de Chartreuse, une forêt d’exception®

Le 13 février 2015, la forêt publique de la Grande Chartreuse a reçu le label national Forêt d’Exception®. Ce label récompense l’important travail de concertation mené autour de la gestion de ce territoire unique. Attribué pour 5 ans, le label va permettre de renforcer la dynamique positive qui s’est créée entre les partenaires du projet… Pour valoriser encore mieux ce patrimoine remarquable et le transmettre aux générations futures.

Grâce au travail entre l’ONF, le Parc et leurs partenaires, les premières démarches concrètes ont pu être mises en oeuvre : le patrimoine archéologique et historique a été inventorié, une étude socio-ethnologique sur les perceptions de la forêt par les habitants du massif a été effectuée, des sites majeurs à réaménager pour l’accueil du public ont été identifiés.

Dans le cadre de la labélisation Forêt d’Exception, l’ONF cofinance les actions conformes au contrat de projet si d’autres financements sont mobilisés. Le Parc étant structure relais pour mobiliser des crédits régionaux et européens.

 

 Quelques exemples de réalisations et projets en cours :

– Marteloscope au Col de Porte destiné aux scolaires et au grand public :

Sous la forme d’un exercice ludique et concret, c’est un outil d’aide à la décision, de formation et de sensibilisation à la gestion de la forêt.

– Schéma d’accueil du public :  rénovation du sentier du forestier au Col de Porte ;  organisation accueil autour des sens et de la sculpture ; groupe de concertation consacré au vallon du monastère

– “Vis ma vie de bûcheron” et  “vis ma vie de forestier” pour une meilleure appréhension des métiers de la forêt par le grand public

– Forêt de sens : animations proposées dans le cadre de la fête de forêt de montagne 2017 à St Pierre de Chartreuse