-10 MA ère secondaire – Miocène

Les dinosaures et les mosasaures se sont éteints vers -65MA, laissant place à l’évolution de nombreuses espèces de mammifères, d’oiseaux ou encore de poissons qui préfigurent notre faune d’aujourd’hui.

Le mégalodon fut une espèce de requin géant venu occuper la même niche écologique que les mosasaures plusieurs dizaines de millions d’années plus tard. L’émersion lente des premiers reliefs a débuté également aux alentours de -65 MA, mettant en place des plateaux peu élevés et faiblement plissés il y a -10MA. Sur ces terres émergées, les calcaires soumis sur de longues périodes à un environnement forestier tropical ont produit un relief particulier : le karst à buttes et les cavités-filons, dont certains creux ont piégé des sables issus de l’altération des roches sous climat chaud et humide. Mais le climat tend vers un rafraichissement et un assèchement, la végétation devient steppique.

Le plissement progressif des Alpes conduit à l’apparition d’une nouvelle mer qui borde ces reliefs. Elle est peu profonde et sera comblée par de la molasse. Cette nouvelle roche sédimentaire est issue des débris d’érosion des premiers reliefs alpins qui s’accentuent progressivement et qui accélèrent l’érosion. Situé dans un point bas du relief en cours de plissement, notre fossile de mosasaure est resté à l’abri de toutes ces évolutions…

 

En 1898, un géologue qui étudiait les sables réfractaires découvrait les restes d’un lophiodon au sein d’une poche de sable rouge en Chartreuse (Les Echelles). Cet ancêtre du tapir ayant vécu durant la période de l’Eocène, entre – 55MA et -35 MA environ, cette découverte confirmait l’âge probable et l’origine locale de ces dépôts sableux qui pouvait encore faire débat au XIXème siècle.

En savoir plus :