Aulp du Seuil, un début d'incendie maîtrisé

Posté le 30/07/2020 - Biodiversité
0 commentaire

Grâce à l’alerte d’une randonneuse, les équipes de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse et de l’Office national des Forêts ont pu circoncire un incendie généré par un feu de camp illégal sur la zone de l’Aulp de Seuil avec la contribution des pompiers et de la protection civile. En cette période critique de sécheresse,  si l’on veut préserver les milieux, il est donc vital de respecter la réglementation de la Réserve naturelle et donc de ne pas faire de feu.

Le 23 juillet 2020, une randonneuse contacte l’ONF pour informer qu’elle a constaté un départ d’incendie sur la zone de l’Aulp du seuil, propriété privée de Monsieur de Quinsonas. L’ONF et la réserve naturelle se sont rendus sur site et ont constaté que bien qu’éteint en surface, le feu couvait en profondeur, sous la roche et continuait à se propager en souterrain atteignant ainsi des racines d’autres arbres plus loin. N’arrivant pas à maitriser le feu à deux personnes, les pompiers ont tout de suite été appelé à la rescousse. L’hélicoptère de la protection civile a effectué 3 rotations pour déposer 7 pompiers équipés de pioche et de 150 à 200l d’eau pour gratter la zone et éteindre le feu. 3 autres rotations ont été faites pour ramener les pompiers à bon port. L’opération s’est terminée à la nuit.

L’origine du feu est un campement sur zone, très probablement le soir d’avant.

Il est rappelé que les feux sont interdits dans la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse comme dans beaucoup de réserve naturelle. Cette opération illustre encore une fois la nécessité de respecter cette interdiction. En effet, en altitude, les sols mettent des milliers d’années à se constituer (15000 à 40000 ans suivant les sites). Un feu stérilise et détruit ce sol sur le très long terme, c’est d’ailleurs comme cela que nous retrouvons la trace de ancêtres préhistoriques.

Sans l’alerte de cette randonneuse, potentiellement, nous aurions pu revivre la situation critique vécue en 2003 après un déclenchement d’incendie sur le pas de la Rousse (dans la réserve naturelle) où plusieurs hectares avaient brulé pendant plusieurs jours sans pouvoir maitriser car le feu était parti en souterrain, brulants les arbres à partir des racines.

En 2003 le départ de feu avait été généré par un impact de foudre en période de sécheresse.

Pour mémoire, cette infraction est verbalisable par une amende d’à minima 135 euros par les gardes de la réserve naturelle, de l’ONF, de la gendarmerie ou de l’Office Français de la Biodiversité. Sur la période de janvier à juin, en comparaison aux années 2018 et 2019, on souligne une augmentation des infractions relevées de 300% essentiellement due aux infractions feux et chiens.

Merci de nous aider à préserver les milieux en respectant la réglementation.

 

crédit photos : ONF/ Damien Ringot